Pour L'Impartial[60] et L'Express[61] en Suisse, il s'agit d'un réel « chef-d'œuvre » s'adressant aux adultes comme aux enfants. Chaque film montre un passé précis : dans Mon voisin Totoro, Miyazaki met en scène ses souvenirs d'enfance, tandis que Princesse Mononoké s'inscrit dans l'histoire ancienne. Depuis plusieurs années, Miyazaki souhaite adapter un livre pour enfants intitulé Kirino Mukouno Fushigina Machi de Sachiko Kashiwaba[8]. De l’autre côté du passage se dresse une ville fantôme. Le film appartient aux genres du conte de fées et du fantastique, avec quelques touches de fantaisie et même d'horreur[24],[30]. Les Cahiers du cinéma le classe au 8e rang de leur liste des meilleurs films de 2002[57]. Il n'y a pas une séparation radicale entre tradition et modernité, mais dialogues et conflits ; pour Yang, Miyazaki souhaite simplement le rétablissement du lien entre les deux mondes, oublié par les jeunes générations, afin d'éviter la crise morale, identitaire et écologique qui menace le Japon. Le dragon reprend conscience et détruit l’oiseau de papier, faisant disparaître Zeniba, avant de tomber dans une oubliette, la fillette accrochée à son cou. Afin de rendre ce personnage mystérieux, Masashi Andō travaille sur le contour des yeux pour qu'ils soient étranges et le dote de pupilles lui donnant un regard lointain afin de renforcer son rôle de personnage « transparent » tel que défini par le réalisateur[28]. En Occident, le travail de Hayao Miyazaki est régulièrement cité comme source d’inspiration de John Lasseter du studio Pixar, qui encense l’animation artisanale en 2D du Voyage de Chihiro[117]. Il poursuit la fillette à travers le palais, régurgitant au fur et à mesure tout ce qu’il a avalé, employés compris, et finit par reprendre sa forme d’origine. Dans la mise en scène de ses œuvres, Miyazaki n'oppose pas le merveilleux au réel ou au quotidien, les deux aspects pouvant cohabiter ou se superposer naturellement[31]. Son compagnon lui explique que Yubaba contrôle les gens en volant leurs prénoms et qu’elle doit conserver celui-ci en secret ; lui-même ne peut s’enfuir, ayant perdu la mémoire et oublié le sien, mais se souvient étrangement de Chihiro. Elle prend alors conscience qu'elle peut agir sur son propre destin quand elle réussit à purifier le dieu de la rivière aux bains. Chihiro Ogino (荻野 千尋, Ogino Chihiro? La production de Chihiro débute en 2000 avec un budget de 19 millions de dollars. Après un long voyage, et alors qu’il fait déjà nuit, Sen arrive à destination avec ses compagnons chez Zeniba qui les accueille. Fabrice Papou dans Studio Ghibli : quel âge pour quel film ? Déconseillé – de 7 ans. Il l’emmène ensuite traverser le pont qui mène au palais, tentant de la cacher des esprits et du personnel. Devoir affronter un nouveau monde, s’intégrer à un nouveau système (et vu ce que va devoir affronter la petite fille, son nouveau quartier lui paraitra facile d’accès). La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2020 à 22:20. Petite voix plaintive du Sans-Visage, on ne sait pas ce qu’il veut, mais il s’intéresse à Chihiro. Le Sans-Visage devient de plus en plus gros, on se demande ce qu’il va se passer. Alors que la nuit tombe rapidement, Chihiro se précipite pour retrouver ses parents, mais découvre avec horreur que ceux-ci se sont transformés en cochons. Les principaux outils numériques utilisés incluent les calques permettant de superposer les dessins et les effets spéciaux, le morphing, l'animation numérique de l'eau, le lancer de rayon pour l'éclairage réaliste des scènes, la création et l'ajout de textures sur les objets 2D ou 3D, et enfin le montage final[21]. Acclamé par la critique internationale, le film est considéré comme l'un des meilleurs des années 2000. Miyazaki décrit dans le projet initial le but du film ainsi : « Nous devons informer [la jeunesse japonaise] de la richesse de nos traditions[76]. Proceedings of the Annual International Conference on the Fantastic in the Arts, Nova Religio: The Journal of Alternative and Emergent Religions, Proceedings of the American Philosophical Society, Bookbird: A Journal of International Children's Literature, Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, musée d'architecture en plein air d'Edo-Tokyo, liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans, Festival international du film de San Francisco, Grand prix de l'Union de la critique de cinéma, https://www.rsdoublage.com/comedien-839-Orphelin-Florine.html, « liste des 50 films sur le site du BFI », Panda Petit Panda : Le Cirque sous la pluie, Arrietty : Le Petit Monde des Chapardeurs, Ni no kuni : La Vengeance de la sorcière céleste, Box-office des films d'animation des studios Ghibli, Alphaville, une étrange aventure de Lemmy Caution, Saturn Award du meilleur film d’animation, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Le_Voyage_de_Chihiro&oldid=177359354, Film de fantasy mettant en scène une sorcière, Film abordant des problématiques environnementales, Critics' Choice Movie Award du meilleur film d'animation, Satellite Award du meilleur film d'animation ou multimédia, Hong Kong Film Award du meilleur film asiatique, Prix Mainichi du meilleur film d'animation, Article contenant un appel à traduction en anglais, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Page pointant vers des bases relatives à l'audiovisuel, Portail:Animation et bande dessinée asiatiques/Articles liés, Portail:Fantasy et fantastique/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Le Sans-Visage croit pouvoir tout acheter, il donne de son or pour avoir l’attention des serviteurs, mais il ne peut pas acheter l’amour. Lorsque Yubaba lui vole son nom, elle ne conserve que le premier caractère du prénom, Sen (千? à tête de cochon. Le Sans-Visage qui avale un serviteur grenouille. La bande originale est primée à plusieurs reprises, remportant notamment le prix de l'Académie japonaise, comme détaillé plus bas. Le respect est important. De plus, le choix du merveilleux permet à Miyazaki de s'adresser plus facilement aux enfants tout en explorant, au-delà des apparences du réel, le subconscient et la dimension psychologique, selon Reider[24]. Les trois histoires tournent autour d'un onsen, établissement thermal traditionnel japonais. Lin accepte de mauvaise grâce de la prendre sous son aile, mais s’avère rapidement amicale envers la fillette, l’amenant au dortoir et lui fournissant ses nouveaux vêtements de travail. Le Voyage de Chihiro - Anime comics - Studio Ghibli 12 décembre 2018. de Hayao Miyazaki. They look into the distance, as if he has insight into a person's inner thoughts. En version française le titre est « Le Voyage de Chihiro », la version originale est « La mystérieuse disparition de Sen et Chihiro ». Il faut se méfier des apparences. Le Sans-Visage, justement, apparaît comme une transgression étrangère au monde des esprits. Ayant l’intuition que celui-ci est Haku, elle l’appelle pour qu’il vienne se réfugier, et ferme la fenêtre pour bloquer ses assaillants qui repartent, sauf un qui se colle discrètement dans son dos. Le spectateur se trouve ainsi placé dans la même incertitude que le personnage principal[10],[24]. La réalisation du personnage de Chihiro a été une des principales difficultés du film selon le réalisateur. Enfin, Yubaba, personnage grotesque avec sa tête surdimensionnée qui n'est pas sans rappeler le monde d’Alice au pays des merveilles, est inspiré d'un projet abandonné du studio[29]. Le bébé, qui est aussi sous les coussins, menace la petite fille de pleurer et d’alerter ainsi sa mère. L'objectif du studio est d'améliorer l'animation sans perdre l'aspect artisanal cher à Miyazaki. En se souvenant de son véritable nom, Haku est désormais libre, et reprend sa forme humaine ; ils volent tous deux main dans la main jusqu’au pont du palais où Yubaba les attend. En raison des délais très courts, Ghibli sous-traite une partie du travail d'animation, notamment sur les intervalles, au studio coréen D.R. Miyazaki tient tout particulièrement au mérite de l'apprentissage et du travail envisagé collectivement, qui permettent par exemple de purifier le dieu de la rivière de la pollution accumulée ou de stopper la folie du Sans-Visage[8],[79]. L'énigmatique Haku se charge de lui expliquer le fonctionnement de l'univers dans lequel elle vient de pénétrer. Please enter your username or email address. avec une expression de ce que pouvait être le Japon autrefois, avec certains bâtiments, les bains. Elle voit des esprits de toute sorte, angoisse, elle va se prostrer dans un coin. Avant de retourner finir sa nuit dans la chaufferie, Sen voit un dragon s’envoler au loin. Il s'agit là d'une différence avec Kiki, Nausicaä ou San (trois héroïnes de Miyazaki) qui sont elles déjà adolescentes et connaissent une période de transition différente[116]. Quiz Le voyage de Chihiro : Petit test sur ce dessin animé magnifique - Q1: Quel âge à Chihiro ? Pensant que ces mangas ne montrent pas ce que les jeunes filles « [ont] de plus cher dans leurs cœurs », Miyazaki décide de réaliser un film sur une héroïne qui serait une petite fille ordinaire, à laquelle il serait possible de s'identifier[6],[7]. Enfin, Haku rappelle sous son apparence de divinité le dragon Ryūjin, dieu de la mer[78] ; de plus, son nom complet (Nigihayami Kohaku Nushi) semble être inspiré de Nigihayahi, une figure historique et légendaire[24]. Au cours du voyage, la famille fait une halte dans un parc à thème qui leur parait délabré. Une fois le contrat signé, Yubaba vole les trois kanjis de son nom et la renomme Sen (千?) Pour une fois, c’est un humain qui doit être accepté dans un monde de Yokai, critique d’un racisme. Le Voyage de Chihiro est peut-être le plus beau des films de Hayao Miyazaki. Andō et Miyazaki ont beaucoup discuté sur l'évolution du personnage ; l'animateur aurait lui préféré que le doute continue à se manifester chez Chihiro[93]. La production du Voyage de Chihiro commence en 2000 avec un budget de 1,9 milliard de yens (soit environ 19 millions de dollars)[14]. On retrouve les parents vraiment transformés en cochons, ils ne se souviennent pas de leur vie d’humain. Tout cela est aussi l'histoire de Chihiro, refusant de s'ouvir, elle y a été obligé, avec l'aide de Lin et Haku elle va pouvoir travailler et poursuivre son voyage. Ici une grande présentation du film, dans le toujours excellent site buta-connection. Avec les dernières forces qui lui reste, il les mène à la chaufferie de Kamaji, et Sen lui fait avaler de force une moitié de la boulette amère, ce qui lui fait vomir l’artefact et reprendre forme humaine. Il illustre les dérives du capitalisme et de la globalisation entraînant une perte d'identité culturelle, qui se manifeste par un individualisme, un égoïsme et un consumérisme insatiable radicalement opposés aux valeurs ancestrales du peuple japonais[73],[8],[74]. L’oiseau de papier dans son dos fait alors apparaître un hologramme de Zeniba, sœur jumelle de Yubaba, qui transforme Bô en grosse souris, le Yu-bird en oisillon et les Kashira en Bô. Copyright © 2020 filmspourenfants.net. Pas intéressée par l’or, la fillette va sur un balcon voir la mer autour du palais qui a encore monté, et remarque le dragon qu’elle avait vu attaqué par des centaines d’oiseaux en papier. Tout comme Chihiro, Alice incarne une fille qui grandit et connaît un état de crise d'identité personnelle, en l'occurrence la pré-adolescence. Il est un peu plus grand que Chihiro. Chez le réalisateur, l'identité doit être comprise tant comme la quête de soi que la compréhension de ses liens avec la communauté, la société et la nature[75]. Ce dernier, qui apparaît maintenant froid et autoritaire, la confie comme assistante à Lin, la jeune femme qui l’a accompagnée voir la sorcière. La palette de couleur apparaît particulièrement vive et brillante par rapport aux précédents films du studio, la couleur dominante étant le rouge, rehaussé par l'or et l'orange. Comme pour Princesse Mononoké, la plupart des dessins sont réalisés à la main, puis numérisés et retouchés par ordinateur, à la différence des premiers films du studio entièrement réalisés en animation traditionnelle sur celluloïds. Le film est présenté en première internationale en décembre 2001 à Nouvelles images du Japon, festival du Forum des images, en présence de Hayao Miyazaki qui reçoit à cette occasion la Médaille de la Ville de Paris (Grand Vermeil) et est décoré de l'Ordre des Arts et des Lettres[3]. Ainsi, selon Napier, Miyazaki vise à « réhabiliter certains aspects d'un Japon traditionnel idéalisé », sans adopter un ton didactique dans le film, procédant plutôt par allégories[73],[77]. Quel est le nom de la sœur jumelle de la sorcière ? Le Voyage de Chihiro est un film Ghibli pour quel âge ? Intégration par le travail collectif. Autre danger qui guette, la pollution qui menace là encore de corrompre le Japon traditionnel[73]. Le film approchant de la fin cependant, il a été rassuré par l'évolution du personnage, déclarant sentir qu'« elle sera une femme charmante »[6]. Une fin un peu abrupte. Deux excellents films de fantômes, pour toute la famille. Le film est plébiscité par la critique dans le monde entier. On voit qu’aujourd’hui il n’y a plus cette magie des valeurs ancestrales, des anciennes déités. Ainsi, les traditions que le réalisateur décrit sont essentiellement celles qu'il a connues enfant, héritées en particulier de l'ère Taishō (1912-1926). Pour trouver du travail, il faut être pistonné. La critique du monde moderne est introduite dès le début par une analogie qui perdure tout au long du film : l'association du vieux parc à thème délabré au Japon contemporain, en opposition au monde des esprits représentant le Japon traditionnel, mais déjà partiellement envahi par les dérives du capitalisme. Après avoir descendu plusieurs escaliers vertigineux, Chihiro se retrouve dans la salle des chaudières où travaille Kamaji, un vieil homme à six bras extensibles, accompagné de noiraudes qui transportent le charbon. Parmi les critiques négatives, Hiroki Azuma estime dans le Mainichi Shinbun que la dimension psychologique des personnages est trop peu présente, l'évolution de Chihiro résultant plus d'éléments extérieurs que de sa volonté propre[68]. Peu après, Yubaba et tous les employés sont en effervescence : un esprit putride se dirige vers le palais, répandant une odeur abominable sur son passage. Avant d'arriver au parc, les parents de Chihiro passent à côté d'un torii, montrant que le parc a été bâti sans vergogne sur un ancien lieu religieux[74],[78]. Il est difficile de faire le choix : – entre l’âge à partir duquel un enfant peut voir un film sans être choqué (à la maison, « Robin des bois » 1938, pourtant gentillet en apparence, ne passait pas à 6 ans), – entre l’âge à partir duquel il peut en comprendre l’essentiel, – entre l’âge à partir duquel il peut profiter de son contenu (« La vie est un long fleuve tranquille » passe à 8 ans, mais pour saisir l’ironie du film c’est mieux à 13). Quand elle révèle son vrai nom à Haku, elle le libère de sa servitude. Les nombreuses métamorphoses intérieures et physiques des personnages, classiques dans les contes et dans le folklore, facilitent également la mise en place d'un langage universel et transculturel, tout en permettant de relier des situations apparemment sans lien entre elles, rompant avec les formes narratives classiques[103],[95]. Cette approche correspond au shinto japonais, religion millénaire où les divinités, nommées kami, investissent continuellement le monde des vivants[32],[33]. Il incarne de prime abord un espace où perdurent les bonnes traditions du pays et ses légendes[79],[75]. Mais c’est le cas aussi de leurs concurrents. Le voyage de Chihiro (2001) Le château ambulant (2004) Ponyo sur la falaise ( (2008) Le vent se lève (2013) En savoir plus sur Miyazaki _____ Clins d’oeil vers d’autres contes, d’autres films _____ Alice au pays des merveilles, Lewis Caroll, 1865 Alice au pays des merveilles, film, Clyde Geronimi, 1951 Le parcours de Chihiro, dont la perte d'identité est symbolisée par le vol de son nom au début du récit, montre que cette tâche est dévolue à la jeunesse contemporaine à laquelle le réalisateur s'adresse avec nostalgie et espoir[81],[78],[88]. La version du 4 février 2016 de cet article a été reconnue comme «, Création et identité des personnages principaux, Quête d'identité entre tradition et modernisme, Place dans le cinéma de Miyazaki et le conte pour enfants, « quand je me tiens ici seul, le soir, près de l'heure de fermeture, et que le soleil se couche – les larmes me montent aux yeux », « recherche », « interrogation » ou « fantôme », « traversée du miroir onirique et romantique », « l'animation devient un art du dévoilement », « un poème en prose, une épopée foisonnante, un conte philosophique, une œuvre beaucoup plus ambitieuse qu'un simple roman d'apprentissage destiné à la jeunesse », « culmine dans une séquence de trajet en train, d'une simplicité apparente », « Miyazaki présente un conte de fées pour tous âges, une moralité, une fantasmagorie pour l'œil, pour l'ouïe, pour l'intelligence », « l'expérience a de quoi combler toutes les catégories d'âge, de culture et de sensibilité », « le film a la qualité surréaliste d'un songe », « œuvre formellement époustouflante et d'une exceptionnelle densité », « le mélange entre poésies fantaisistes et réflexions rares est réjouissant », « richesse de son imagination et la force de son intelligence morale », « chef-d'œuvre […] brillant, beau et profond », « rapide et amusant, […] bizarre et merveilleux », « sans attaches ni passé, l'homme autant que la société sont voués à disparaître », « Nous devons informer [la jeunesse japonaise] de la richesse de nos traditions, « réhabiliter certains aspects d'un Japon traditionnel idéalisé », « perte du sens de l'histoire et de l'identité », « détruire l'avidité humaine qui soutient un système consumériste capitaliste », « exemplifie la clarté et la précision de l'imagerie fantastique de Miyazaki, accessible et compréhensible par les adultes et les enfants », « contaminés par les scories de la civilisation », « voisinage avec un imaginaire ancré dans les croyances animistes du shinto », Interview: Miyazaki on Sen to Chihiro no Kamikakushi. Chihiro va finalement être apprécié par tous. Zinaba Zeniba. Dans les années 1970, il renoue personnellement, en partie grâce à la plume de Sasuke Nakao, avec l'histoire ancienne du peuple japonais, dont la culture était étroitement liée au culte de la nature qu'il chérit lui-même[86]. Des oiseaux en papier poursuivent Haku (qui est en dragon volant), il semble avoir des difficultés, il se réfugie dans la chambre de Chihiro, il a des blessures, crache du sang et éclabousse la chambre en partant (le sang est bien présent). Prise de panique, Chihiro s'enfuit et se dématérialise progressivement. Elle glisse dans l’eau devenue dégoutante, risque de se noyer. Politesse. Il réalise 1 461 488 entrées en France, 62 409 en Suisse, 25 112 en Belgique, et 15 280 au Québec[43]. À l'époque où le film est réalisé, Hayao Miyazaki passe toutes ses vacances d'été dans un chalet de montagne avec sa famille et cinq petites filles d'amis de la famille. Outre l’âge, il faut tenir compte de la durée du voyage. Pour elle, le voyage dans le monde des esprits fonctionne ainsi comme un voyage initiatique, mais également comme un rite de passage lui permettant de renouer avec l'identité culturelle japonaise[73]. Au début, Chihiro est une petite fille craintive et passive, perturbée par le déménagement de ses parents[89]. Pour Miyazaki, ce voyage en train constitue la fin réelle du film, Chihiro ayant achevé son évolution en « héroïne miyazakienne ». On voit une femme-oiseau dans le ciel, crainte d’être découverte. Dans Le Voyage de Chihiro, le monde des esprits, où le temps et l'espace ne sont pas clairement définis, reste volontairement flou et non structuré. Redevenu amical, le jeune apprenti l’amène à la porcherie, mais Akio et Yuko Ogino sont maintenant de simples cochons sans aucun souvenir de leur vie humaine. Le Voyage de Chihiro reste le plus grand succès mondial pour un film non-américain et non-anglophone jusqu'en 2012, avant d'être dépassé par Intouchables[44]. […] I made his eyes look strange. Le Voyage du Prince est un film réalisé par Jean-François Laguionie et Xavier Picard avec les voix de Enrico Di Giovanni, Thomas Sagols. Miyazaki s'est ici inspiré du Cycle de Terremer d'Ursula Le Guin où les noms ont une importance primordiale pour le contrôle de sa vie et de sa mémoire, faisant écho au vol des noms par Yubaba pour asservir ses employés[24],[25]. Gros monstre de bouse (Dieu putride) qui arrive, on oblige Chihiro à s’occuper de lui quand tout le monde en a peur, trouve qu’il sent mauvais. Chihiro doit vivre une dernière épreuve, elle n’a pas le droit à l’erreur, elle doit retrouver ses parents parmi des cochons qui se ressemblent tous. Parents qui se transforment en cochons à force de manger, ils se servent sans rien demander juste parce qu’ils ont une carte de crédit. Critique de ceux qui ne pensent qu’au profit ou à l’argent. C'est alors un vrai triomphe au Japon. 38 ans 40 ans. Alors que la première journée de travail commence, Sen et Lin reçoivent l’ordre de s’occuper du grand bain, très encrassé car réservé aux invités les plus sales. Le personnage principal, Chihiro Ogino, a deux noms dans le film. Plus de détails : voir mon article sur SOS Fantômes 1 & 2. La sorcière Yubâba veut gagner toujours plus pour satisfaire son enfant, qui devient ainsi un des moteurs de l’économie (problème très actuel). La fin, bien qu'ambiguë puisque le spectateur ne sait pas si Chihiro se souviendra de ce voyage, suggère tout de même que la jeune fille s'est considérablement rapprochée de l'idéal miyazakien[75],[73]. Elle est en voiture, avec ses parents, pour rejoindre leur nouvelle maison. Pour Le Soir, « le mélange entre poésies fantaisistes et réflexions rares est réjouissant »[59]. On nous montre bien que c’est difficile avec les patrons, des cadres avides d’argent et qui exploitent la main-d’oeuvre. Notoya in Ginzan Onsen stop businees for renovation. La bande originale du film est composée par Joe Hisaishi en 2001 et enregistrée au Nouvel orchestre philharmonique du Japon[34]. Importance de savoir qui l’on est, de se souvenir de son nom, de ne pas disparaître au profit d’une communauté. Pour une partie des bâtiments du monde des esprits, Miyazaki se base sur les édifices du musée d'architecture en plein air d'Edo-Tokyo à Koganei. Elle demande au chauffagiste s’il peut lui donner du travail, mais ce dernier, qui a la charge de préparer les sels de bain et d’envoyer l’eau chaude, lui dit ne pas avoir besoin d’aide supplémentaire. Le titre même du film révèle cet ancrage dans le shinto : kamikakushi, littéralement « caché par les esprits », signifie la disparition temporaire d'un humain, le plus souvent d'un enfant, qui aurait été enlevé pour une quelconque raison par les divinités[78] ; de nombreux contes et légendes populaires sont basés sur ce concept[24],[104]. Comme dans ses précédents films, le réalisateur est moins intéressé par la théologie que par la place de la religion dans la vie quotidienne, notamment le lien spirituel entre l'humain et la nature[108]. Déconseillé – de 8 ans. Le musée fait naître de la nostalgie chez Miyazaki, qui explique : « quand je me tiens ici seul, le soir, près de l'heure de fermeture, et que le soleil se couche – les larmes me montent aux yeux »[6],[9]. Cette dernière accepte l’épreuve et devine, sous les acclamations des employés, que ses parents ne sont pas parmi les cochons présentés. Masashi Andō, responsable de la création des personnages, imagine ainsi une petite fille au visage rond, bien que son corps reste plus « fin »[26],[27]. L’entrée du tunnel, Le voyage de Chihiro, film de Hayao Miyazaki, 2002. Dans la première partie, dominée par les couleurs rouge et or des bains, la craintive Chihiro ressemble peu aux héroïnes miyazakiennes à la fois fortes et pures, ainsi que parfois désespérées, comme Nausicaä et San.