N’hésitez pas également à compulser les registres top secret de la police des chemins de fer (les précurseurs de nos Renseignements généraux), les rapports de police, ainsi que ceux du préfet sur l’état des cultures. J’ai rarement eu cette chance. Annie Ernaux dit vouloir simplement "écrire la vie".Et c'est bien la vie quotidienne des Français depuis les années 50 qu'elle nous fait revivre à travers un mosaïque de tableaux où ses souvenirs intimes ( qui s'appuient souvent sur des photos qui jalonnent sa vie de femme) croisent la grande Histoire. Maintenant que vous êtes en possession de fiches détaillées, classées par sujet, par personnage et (ou) par date, où vous n’avez pas oublié de noter les numéros des cotes consultées, et les noms des personnes qui vous ont éventuellement renseigné, il est temps de passer aux choses sérieuses. Louis-Philippe Grandsire a certainement connu ses grands-parents paternels qui sont tous les deux décédés alors qu’il avait une dizaine d’années. Amicalement Même si vous destinez vos écrits à un cercle restreint de familiers, cela ne suffira pas à tenir le lecteur éveillé. Qui est présent … Un bon indice : le livre d’Hélène Soula « Ecrire l’histoire de sa famille » était en rupture de stock en juin 2019 ! L'inverse pourrait perdre le lecteur puisque l'on arrive en 2013, à moi, blogueur de son état et tout d'un coup, on dirait: "en 2013, Thomas, auteur de cet ouvrage, blogueur maladroit mais fort charmant. Nos ancêtres et leur passé. 2. Si vous en avez le temps, lisez un de mes livres. Peu à peu, conseillé par un lointain cousin très féru en la matière, j’ai appris à orienter mes recherches dans la jungle des séries d’archives notariales, judiciaires, politiques, militaires et religieuses. Bonjour Ce véritable « rapport de travail » est passionnant (Sources : registres d’état civil des communes de Caudebec-en-Caux et Saint-Arnoult, AD76). Chroniques - Mon père, déjà âgé quand j’ai commencé à lui poser des questions sans doute mal formulées, ne m’a légué aucun souvenir sur sa parentèle. Louis-Philippe Grandsire est né le 28 avril 1791, et a été baptisé dès le lendemain par le curé de l’unique paroisse de Caudebec-en-Caux. par effet d’attractivité. Au gré de la conversation, il découvre qu'elle s'appelle Lélia Pissarro, Pissarro comme le peintre Camille Pissarro, le père de l'impressionnisme qu'il admire ! Le chemin vers la compréhension de l’héritage émotionnel Caudebec subit les troubles de la Terreur comme de nombreuses autres villes de France. Il importe donc d’aller à la pêche aux informations si vous souhaitez écrire autre chose qu’un long chapelet de naissances, mariages et décès, saupoudré au mieux de quelques contrats de mariages et aussi triste qu’un rapport de gendarmerie. Nous sommes remontés assez facilement jusqu’à la Révolution. Ah, la fameuse première page, l’angoisse de tout débutant ! Buy La Vie Peu Banale de Camille Pissaro et de Ses Ancetres by (ISBN: 9782842659677) from Amazon's Book Store. Et je vois le temps passer, nécessité d'écrire contre le temps, la vieillesse.» 3 août 1990 «Écrire la vie. À partir de leur nom de famille, ces bénévoles du CM98 retrouve le prénom et l’âge d’un parent esclave. Durant tout le mois de juin, j’ai choisi d’écrire la vie de mon ancêtre Louis-Philippe Grandsire en répondant à 26 questions. Il importe d’être humble ! Louis-Philippe Grandsire est né à Caudebec-en-Caux, en Seine-Maritime, en 1791 et décédé dans cette même ville en 1862. Afin de donner plus de nervosité à votre histoire, écrivez au présent de l’indicatif. Avant de débuter vos recherches, dites-vous qu’aucune famille n’est parfaite, que l’homme, même si c’est votre aïeul, est loin d’être un saint. et publiera votre ouvrage à la date qu’il lui plaira, alors que vous avez tellement hâte qu’il sorte. je n’exagère pas. Cet article propose une démarche, nourrie de mon expérience, pour retracer la vie de ses ancêtres, par les actes d’état-civil, contrats de mariage, actes de succession, correspondances, cartes postales, livres de compte, photographies. (Sources : Esquisse de l’histoire de Caudebec en Caux et de sa région, par Gustave Valmont, sur Gallica). Documents - Dossiers - Lors de ces séances de dédicaces, je fais souvent des rencontres fort intéressantes, ainsi qu’après les nombreuses conférences que je donne. Entrez ci-dessous votre adresse e-mail pour être prévenu des prochains articles : © 2020 Auprès de nos Racines       ISSN 2496-929X      Flux Rss      Flux Rss du Podcast de Généalogie, Vous pouvez retrouver la totalité des articles, Vous pouvez retrouver la totalité des articles sur. Nous naissons donc quelque peu programmés par certains comportements ou événements passés qui nous influencent durant notre vie d’enfant mais aussi d’adulte. Parcours de Caudebec au hameau de la Roquette sur la Seine. Les Gêmeaux. Entre-temps, vous aurez apporté le livre aux journaux locaux dans l’espoir d’un bon papier, et vous aurez passé de nombreux dimanches dans les salons du livre. Voilà pourquoi mes ancêtres ne sont que le fil directeur du récit, la colonne vertébrale qui me permet de faire revivre un village, une commune, un canton où se côtoie une population besogneuse, faite de cultivateurs, domestiques, journaliers, cabaretiers, ecclésiastiques et instituteurs. J’ignorais alors que j’allais découvrir autant d’archives concernant ce petit notable qui fut maire et despote à Guengat de 1846 à 1871. Qu’allais-je trouver d’intéressant ? Sa femme a suivi le même chemin pour avoir molesté une locataire impécunieuse. Certains jours, l’inspiration ne vient pas et chaque mot pèse une tonne. | Mentions légales Lorsque j’ai participé aux « journées portes ouvertes » du centre généalogique du Finistère en novembre 2004, je ne pensais nullement écrire un livre. Par ailleurs, j’ai perdu la trace de ses oncle et tante maternels lors de mes recherches, ce qui me pousse à croire qu’ils n’habitaient plus à Caudebec pendant l’enfance de Louis-Philippe. Son corps n’a été retrouvé que 3 jours plus tard, flottant en face du hameau de la Roquette, en aval sur la Seine. Personnellement, c’est un patronyme que je n’ai pas rencontré. Bonsoir. Avec le numérique, Internet offre désormais d’autres possibilités et permet, entre autres, de faire imprimer un livre au fur et à mesure des demandes, alors qu’une impression offset impose dès le départ une certaine quantité. J e reprends ma vie, la vie, mon chemin. - Tous droits réservés © 2000-2020 histoire-genealogie - Si facile, mais si triste ! Durant notre gestation nous recevons une part d’émotions et de croyances que nous transmettent à la fois notre père et notre mère, mais aussi d’autres personnes de notre famille. Il est préférable de ne pas les évoquer si vous n’êtes pas certain de leur authenticité. Si c’est votre première visite, vous pouvez entrer votre adresse e-mail pour être prévenu des prochains articles : 2. Je ne peux leur donner tort. Wilton Sargent ... américain. Ou ailleurs ? L’auteur possède,en plus,un style agréable à lire ;la légèreté paye Amoureux de Dame Nature, je reste désemparé devant un arbre dénudé aussi grand soit-il, croulant sous les patronymes et les dates. Vous souhaitez un livre qui inscrive la vie de vos ancêtres dans le contexte historique et géographique de leur époque, qui en restitue le climat, décrive l'environnement dans lequel ils ont vécu, vous parle de métiers bien souvent méconnus, de batailles oubliées. Il est alors préférable d’y revenir le lendemain où tout redevient aisé, ou presque ! Eglise Notre-Dame de Caudebec et fonts baptismaux en bois sculpté. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Essayez de penser comme eux ! Et je vois le temps passer, nécessité d'écrire contre le temps, la vieillesse.» 3 août 1990 «Écrire la vie. Mais la question de la subsistance est ici particulièrement marquée, car la ville constitue depuis longtemps un point de passage pour le transport du grain sur la Seine, à destination de Rouen et de Paris. Dernière tâche délicate : la confection de « la vitrine », celle qui va inciter ou non un chaland à acheter votre livre. Un élu suscite des passions, des inimitiés. Tous les deux étaient nés à Caudebec-en-Caux et y avaient passé leur enfance. Le principe est donc ultra-simple. Ma femme est bien plus douée pour les dénicher, mais ne lui demandez pas de vous raconter l’histoire, tant la chasse aux accents oubliés ou autres virgules manquantes l’obsède ! Les membres de sa famille maternelle n’apparaissent pas comme témoins au cours de sa vie. La généalogie comme le dit plus haut Pierre-Valéry ce n’est probablement pas s’attacher à écrire la vie de ses ancêtres, mais s’imprégner des détails de leur vie. ... que les ancêtres sortent de l'oubli, écrire un livre familial... Partie 8 J'écris la vie de mes ancêtres depuis que je fais de la généalogie... J'ai toujours trouvé l'exercice naturel, une suite logique à … Ne les faites surtout pas agir comme s’ils étaient nos contemporains et évitez les extrapolations hasardeuses. Louis-Philippe Grandsire est né à Caudebec-en-Caux, en Seine-Maritime, en 1791 et décédé dans cette même ville en 1862. Vous avez su trouver les points de départ des différentes générations. Ils ont traversé les générations, mais que reste-t-il de vrai dans ces belles histoires ? Pour ma part, je dis que j’aimerais mettre un peu de chair autour de leurs os, ce qui n’est pas si facile, en fin de compte. J ’ai le trousseau de clés qui a ouvert la porte à toute ces fidélités, toutes ces loyautés. Je viens de lire cet article, très intéressant. J’ignore s’il s’agissait d’un désintérêt ou d’une gêne à évoquer des aïeux dans lesquels il ne se reconnaissait pas. Ils se sont souvent opposés à la création d’une école publique, au maire anticlérical, etc… Rien de tel pour donner de la vie à un récit. J ’ai le trousseau de clés qui ouvre la porte pour les libérer. Pierrick. Je n’ai rien caché des faits et gestes de leur fils, le « Maître de Guengat », tant craint et haï par ses administrés, à une époque où le maire était désigné par le préfet. Mais je ne répondrai plus aux demandes d’aides individuelles. La couverture est aussi capitale et il importe qu’elle soit attractive. Pour mieux appréhender le 19e siècle, j’ai dû me plonger dans la lecture de nombreux essais sur la Bretagne et la France. Sa marraine était sa grand-mère paternelle, Madeleine Conihout, alors âgée d’environ 55 ans. Cet ancêtre est, de base, le plus « invisible » de … J’ai toujours fait de mon mieux pour répondre à toutes les demandes d’aide postées sur ce blog. Il y aurait encore beaucoup à écrire sur le sujet.