Le traitement systématique des entretiens (séquençage, construction des tableaux et des représentations graphiques) permet de mettre à jour des équivalences ou des similitudes entre les cas individuels. récits de vie sont utilisés – de multiples manières et avec de multiples enjeux – dans le cadre d’un travail d’écriture en groupe. Le modèle défendu est celui de l’installation progressive sur de petites fermes. Environ un ou deux mois après le premier entretien, un deuxième passage est organisé. Chacun de ces domaines correspond à un ensemble de pratiques, de rôles et d’identités sociales se déployant sur trois axes : lieux, temps et temporalités, réseaux et cadres structurels. Genard Jean-Louis et Cantelli Fabrizio (2008), « Êtres capables et compétents : lecture anthropologique et pistes pragmatiques », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 12 octobre 2012. Deux grands axes structurent alors ces dernières : La retranscription intégrale des entretiens constitue le corpus de base pour l’analyse des récits de vie. ». L’apport de l’anthropologique d’aujourd’hui. Le graphe des étapes clés (qui amènent à l’installation) et le graphe des motivations (en lien avec les caractéristiques du projet et les ressources mobilisables) ont cependant été largement privilégiés (cf. Par exemple, les auteurs de romans du terroir présentent les thèmes de l'agriculture et de la vie paysanne dans plusieurs de leurs romans. [6] En mobilisant le concept de « bifurcation », nous nous référons aux travaux de Michel Grossetti et Claire Bidart sur les trajectoires de vie qui ont fait l’objet de deux ouvrages (Grossetti et Bidart, 2006 ; Bessin, Bidart et Grossetti, 2009). 3 Cf. Pour écrire un livre, un récit de vie, un roman, un livre pratique, l’établissement d’un … 1. Éviter la maltraitance… Oui, mais comment ? Nous exposerons ensuite le déroulement concret des deux phases de ce processus de recherche-action : tout d’abord, nous présenterons la méthode d’analyse des trajectoires de vie en montrant à partir d’exemples concrets le type de connaissances auxquelles elle permet d’aboutir. Enfin, le récit et sa visualisation graphique permettent à la personne de prendre conscience de ses ressources et de ses freins pour mener à bien son projet. Toutes les propositions d’amélioration énoncées par les uns et les autres ont été prises en compte au fur et à mesure puis soumises à l’accompagnateur lors d’une nouvelle situation test de face à face ; c’est pourquoi nous parlons ici d’un processus d’amélioration pas à pas, c’est-à-dire de co-conception itérative de l’outil. Cette représentation visualise aussi les expériences dans lesquelles le projet prend source (dans le cas de Robert, ses souvenirs d’enfance chez son oncle agriculteur qui pour lui sont synonyme de paix, d’osmose et de travail). Chapitre V : Méthodologie du récit de vie 2 ils font part d’une seule investigation psychosomatique d’une heure trente pour cerner le fonctionnement d’un patient et les événements de sa vie qui peuvent être mis en lien avec la maladie. Il reprend les éléments du récit relatifs aux expériences précédant le projet, les arguments justifiant le changement d’activité ainsi que les propositions d’alternatives au projet envisagées par le locuteur. En effet, partant du postulat que les problèmes, les expériences, les événements sont socialement construits, le sociologue laisse les acteurs s’interroger sur les raisons et les conséquences de leurs actes et choix. Le graphe de trajectoire, tel que nous l’avons conçu, est le produit d’un processus complexe de traductions successives, correspondant à plusieurs niveaux possibles de représentations de la réalité (représentations mentales, discursives et finalement graphiques). Les liens représentent le plus souvent des relations causales mais également des relations de proximité, des relations d’influence (Damart, 2006 : 3). C’est à vous de déterminez le nombre de livres ou de CDs à produire, en fonction de votre choix de diffusion : à vos proches seulement, le biographe vous mettra en relation avec un imprimeur. Un exemple de récit de vie. Récit de vie d’un migrant, Paris, Nathan. L’avantage de cette façon de faire est qu’elle Les concepts correspondent à des régularités perçues dans les événements, dans les objets, livrées oralement au travers de descriptions, ils sont formalisés sous forme d’étiquettes (Novak et Canas, 2008 : 1). Par ailleurs, la matérialisation sous forme de représentations graphiques des expériences relatées et analysées font de cet outil un support de dialogue entre l’accompagné et l’accompagnateur : elle permet de construire au fil des interactions une connaissance partagée sur l’individu et sur son projet tout en générant une relation de confiance. Les animateurs de l’association doivent en effet répondre aujourd’hui à la demande d’individus porteurs d’un projet professionnel agricole, de plus en plus nombreux, avec des profils et des objectifs diversifiés. Il a plusieurs arguments pour justifier ce changement d’activité (pénibilité du travail à l’usine, dégradation des relations entre collègues, pression des supérieurs, séparation avec sa femme, conflit avec sa fille). Qui est présent ? In an emancipatory perspective, life stories and their analysis may be a medium for raising an individual’s awareness of the resources developed throughout the course of life, making them available for future action. La première définition repose sur la description du récit comme un type de représentation organisant deux niveaux de séquentialité. Les récits de vie sont dotés d’un fort pouvoir d’intelligibilité car ils permettent de faire émerger le sens que les acteurs accordent à leurs actions en stimulant notamment leur capacité réflexive. 65-78. La nature du récit de vie Il est descriptif, pour faire resurgir les événements, les lieux, le climat politique et professionnel qui ont baigné le parcours de vie de la personne et qui y ont joué un rôle important. ), Discours en contextes, Bellanger E., Mischi J. 559-583. L’approche biographique, janvier 2014 [en ligne], https://revue-interrogations.org/Les-recits-de-vie-outils-pour-la (Consulté le 16 décembre 2020). Construction des identités sociales et professionnelles, [1991], Paris, Armand Colin. Vous trouverez de nombreux conseils sur ce blog dédié à l'autobiographie et au récit de vie. En construisant un récit dans un contexte qui lui donne sens, en se réappropriant ses actes au travers de ce récit, en repensant les changements personnels et institutionnels vécus, chacun se donne les moyens d’envisager plus sereinement les changements à venir et de gérer les futures incertitudes liées à ses décisions. Un célèbre exemple est le mythe dŒdipe, dont la pièce de Sophocle, Œdipe roi, constitue lun des multiples récits possibles. Comment (re)lire Le capital aujourd’hui ? «C’est une Expression générique où une personne raconte sa vie ou un fragment de sa vie à un ou plusieurs interlocuteurs. Un récit de vie met donc en lumière les différents ’ingrédients’ mobilisés pour prendre une décision, inscrits dans des temporalités hétérogènes : le temps long de l’histoire des cadres sociétaux, le temps générationnel de la famille et des héritages, le temps plus court de l’individu dans ses interactions quotidiennes et dans divers réseaux. Si chacun est libre de se raconter, de se mettre en scène (Goffman, 1973 : 7-42), encore faut-il qu’il soit confiant et considère le sociologue (ou l’accompagnateur) comme un partenaire. Le récit de vie, comme expérience narrative (Ricœur, 1990) permet de retracer une trajectoire singulière. Cette confrontation des divergences interprétatives est un point essentiel de ce processus de recherche car elle permet d’enrichir et de nuancer la problématique dans une «. Par ailleurs, la trajectoire d’un individu n’est pas linéaire mais composée d’étapes ou phases, ponctuées par des ruptures et des « bifurcations » [6] dont le moment et l’issue étaient imprévisibles. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard. Cossette Pierre (2003), Cartes cognitives et organisations [En ligne], Editions de l’ADREG, mis en ligne en septembre 2003, consulté le 12 octobre 2012. La représentation graphique des trajectoires, dans cette double perspective de co-construction de sens et d’interprétations négociées, constitue un média pertinent. Bidart Claire (2006), « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers Internationaux de Sociologie, 120/1, mai 2006, pp. Ce travail a été réalisé dans un projet de recherche-action [2] à la demande d’une association accompagnant des porteurs de projet agricole à s’installer (ADEAR) [3]. Pour mieux les accompagner dans leurs parcours d’installation, les animateurs éprouvent le besoin de disposer de nouveaux outils permettant d’une part aux porteurs de projets eux-mêmes d’identifier ce qui dans leur trajectoire de vie peut constituer des ressources pour mener à bien leur nouveau projet ou envisager des ajustements et, d’autre part, aux accompagnateurs de préciser les conditions et configurations d’une première phase d’accompagnement. Yapaka est un programme de prévention de la maltraitance à l'initiative du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique. Celle-ci diffère de la « transition » biographique dont la venue est prévisible (par exemple : la fin des études) ou du « carrefour  » dont les issues restent limitées et structurées (comme l’orientation scolaire où il est obligatoire de faire un choix ; Grossetti, 2006 : 13-14). Elaborer un plan. Témoignage et biographie : les limites d’un privilège, La « présentation de soi » : cadre pour aborder l’analyse de récits de vie, Les récits de vie : outils pour la compréhension et catalyseurs pour l’action, par Chaxel Sophie, Fiorelli Cécile, Moity-Maïzi Pascale, Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie, par Giraud Frédérique, Raynaud Aurélien, Saunier Emilie, Travail biographique dans les situations de handicap psychique : de l’expérience individuelle à la parole collective, Se dire e(s)t devenir - La recherche biographique comme choix épistémologique, À la recherche de l’aventure. %PDF-1.4 Sous le terme ’histoire de vie’, le recueil et l’analyse de récits de vie permettent de rechercher et de construire du sens relatif à des faits temporels individuels. La sociologie ne manque pas de termes pour aborder ce que Passeron nomme le « devenir biographique » (Passeron, 1989 : 16) : biographie, carrière, itinéraire, trajectoire, histoire ou parcours de vie. Il est apparu intéressant notamment de mobiliser cet outil en amont de l’accompagnement, au cours des premières rencontres entre le porteur de projet et l’accompagnateur. Il y a là une dialectique interprétative et des « coopérations conflictuelles  » dont la pertinence repose sur leur capacité à générer rapidement de nouvelles connaissances, ’utiles’ à l’un comme à l’autre des locuteurs. Nous aimerions tant quelques idées fortes, un mode d'emploi, un guide pour savoir comment procéder. Un autre type de carte cognitive présentant les freins et les ressources à l’installation a aussi été proposé et testé par les accompagnateurs. La deuxième phase du processus de recherche-action consiste à traduire cette méthode d’analyse sociologique des récits de vie en un outil mobilisable pour l’accompagnement, à travers un travail collaboratif entre accompagnateurs, scientifiques et porteurs de projet. Il contacte l’ADEAR pour l’accompagner dans son installation. soutient les contestations en cours et la mobilisation de la communauté scientifique face à la LPRR. Il est intéressant de relever les thèmes importants dans un récit. Du pragmatisme en sciences humaines et sociales. 1, La présentation de soi, Paris, Editions de Minuit. Nous présentons maintenant les deux phases du processus de recherche-action. C’est pour dépasser ces limites que nous avons mobilisé les apports de la cartographie cognitive. Ils ont introduit la notion de « turning points  » (« tournant de l’existence ») pour qualifier les transitions entre ces séquences. Reprenons le cas de Robert (figure 2) : de son expérience comme salarié à l’usine, Robert retient qu’il ne veut plus d’une activité dans laquelle il ne voit « jamais le soleil  » ou qui lui procure une pression et un état de fatigue du fait « des horaires pas possibles  ». Vous avez la possibilité d’entamer dès le premier paragraphe votre expérience de « liberté » en partant de votre pays d’origine. Ces différents usages amènent néanmoins à réinterroger non seulement le statut du sociologue mais également celui des récits de vie. s y�-:��l���L�ԵV�.лg� ��7f�v���h&���\��#C%��1��6M+� C’est ce que nous proposons de montrer en exposant une méthode associant l’analyse des récits de vie et la cartographie cognitive co-construite entre chercheurs et professionnels de l’accompagnement à l’installation agricole. Exemple de récit 1 – Qui êtes-vous ? Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement. Récits de vie - 770 livres - Babeli . On parle à ce moment là de … Présentation de la revue ¿ Interrogations ? Enfin, cette démarche comparative est essentielle dans le processus de recherche-action car elle permet aux chercheurs et accompagnateurs d’interagir autour des résultats afin d’affiner et de valider les représentations graphiques tout en sachant à quels types d’informations elles permettent d’accéder. Chaxel Sophie (2010), La trajectoire comme support de l’accompagnement à l’installation agricole, mémoire de master recherche IDTR (Innovation et Développement des Territoires Ruraux), Supagro - ADEAR de l’Aude, Montpellier. L’identification du réseau social et des «. Vinck Dominique (2009), « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière. Tous les récits sont ensuite séquencés selon trois niveaux (Demazière et Dubar, 1997) : le niveau des fonctions (épisodes du récit, appelés séquences, que l’on numérote Sn), le niveau des actions (éléments du récit qui mettent en scène des « actants  » annotés (An), c’est-à-dire des « personnages », qui agissent, interviennent, jouent un rôle dans la trajectoire) et le niveau de la narration (arguments et propositions notées (Pn) destinés à convaincre l’interlocuteur, à défendre un point de vue, à inventorier l’univers des possibles). Des temps de restitution et de discussions ont été organisés pour familiariser ces derniers avec les outils et discuter les connaissances construites aussi bien sur la méthode que sur les informations auxquelles elle permet d’accéder [8]. Tout voir . Le chercheur qui a observé ces interactions a orchestré l’ensemble du processus d’adaptation et de simplification de la méthode jusqu’à rédiger avec les accompagnateurs un guide méthodologique formalisant un outil pour l’accompagnement baptisé «. Bessin Marc, Bidart Claire et Grossetti Michel (2009), Bifurcations. Cette définition de la bifurcation se rapproche de la notion de « turning-points  » [7] utilisée pour l’analyse des carrières professionnelles, marquées par des phases successives de transition, plus ou moins prévisibles, plus ou moins brèves, plus ou moins ritualisées ou institutionnalisées. Plusieurs graphiques ont pu être dessinés. Il évoque d’autres sphères : la sphère amoureuse ou familiale, la sphère économique ou plus subjectif encore, un ’projet de vie’ dans sa globalité, qui ont eu une influence décisive pour décider de s’installer en agriculture ou qui ont été affectées par ce choix professionnel parfois lourd de conséquences. ޫ5. 315-330. L’exposé de la méthode et de son application dans une situation particulière de recherche-action permet de faire apparaître ses principales caractéristiques et potentialités mais aussi ses limites que ce soit dans des situations de recherche ou d’accompagnement. Interviennent également l’instant de l’événement et le temps prospectif (Bidart, 2006 : 23). Je m’appelle Catherine. Cette phase de décompose en quatre étape : Il s’agit de solliciter l’individu pour qu’il raconte un fragment de sa vie, dont la temporalité est variable, puisque qu’il choisit lui-même la période d’où son récit débute. ), Les territoires du communisme. 1. Pour cette première phase, la tâche de collecte et d’analyse des récits de vie a été réalisée par le sociologue auprès de douze porteurs de projets volontaires en lien avec deux animateurs de l’ADEAR. Pineau Gaston (1989), « Les histoires de vie en formation » dans Les histoires de vie : Utilisation pour la formation, Paris, L’Harmattan. 2- Phase de recueil du récit de vie, entretiens enregistrés et retranscrit. C’est ce que Bourdieu appelle « se faire l’idéologie de sa propre vie  » (Bourdieu, 1986 : 2). �\� h(��Bָ�,�݈�ǘ�b`q�*��8�Ԩ��r��k��)��=Qw��� Le peu qui ne va pas je ne m’en rends pas vraiment compte, même si je le sais, au fond de moi-même. Pour construire notre propre expérience méthodologique, il nous a fallu faire un choix, puisque c’est de cette position théorique que découlent les outils mobilisés et leurs articulations. 59-83. Dubet François (1994), Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil. Les salariés de l’association assurent un accompagnement aux candidats à l’installation avec l’appui éventuel de tuteurs (agriculteurs déjà installés). In Vino Humanitas. Figure 3 : Représentation des motivations d’un porteur de projet souhaitant devenir paysan boulanger et s’installer avec deux amis, reconstituée à chaud par l’accompagnateur au cours des interactions. Mais elle repose aussi sur l’hypothèse que les acteurs n’en sont pas forcément conscients et que la formalisation - orale et graphique - des éléments de leur existence sociale qui ont constitué des ressources ou ressorts de leurs décisions pourra les aider à faire face aux aléas, basculement et accidents de la vie (Genard et Cantelli, 2012 : 6). … 165-174. Pineau, Gaston et Legrand Jean-Louis (2002), Les histoires de vie, Paris, Presses Universitaires de France. Comment écrire le récit de sa vie avec simplicité et motivation ? Vous souhaitez raconter votre histoire dans un livre, mais vous ne savez pas par où commencer. L’une des difficultés propre à l’étude des trajectoires basées sur le récit de vie consiste donc à trouver des solutions méthodologiques aptes à rendre compte de l’intelligibilité des ordres biographiques tout en minimisant les « effets de reconstruction  » (Grossetti, 2006 : 19). 2. Ce sera là l’objet d’une autre réflexion. 2 Pierre Bourdieu a reproché au genre du récit de vie de produire de l L’outil co-construit s’inscrit bien dans le changement de paradigme actuel du développement agricole marqué par une nette évolution des installations agricoles non aidées d’une part, et l’admission par les organismes d’appui ou d’accompagnement qu’être agriculteur aujourd’hui ne signifie plus nécessairement que l’on relève d’un seul régime d’activités, de compétences, et d’une même logique d’activités productives. Il ne veut plus souffrir du manque de reconnaissance et veut être son « propre patron  » sans avoir à supporter les « relations difficiles entre collègues  ». La trajectoire de vie peut être définie comme « un entrecroisement de multiples lignes biographiques plus ou moins autonomes ou dépendantes les unes des autres : le parcours scolaire, le rapport au travail et à l’emploi, la vie familiale, la vie sociale, la santé, la trajectoire résidentielle, l’itinéraire politique, etc. ou à un plus grand public. Dans ce processus, les récits de vie et leur mise en graphique ne se résument pas au seul outil de compréhension ; ils sont envisagés comme des objets médiateurs ou frontières (Vinck, 2009 : 51-72). La carte cognitive ou carte conceptuelle désigne le produit d’une démarche qui vise à projeter graphiquement les représentations mentales - énoncées - qu’un individu (ou par extension un groupe d’individus) se fait d’un problème ou d’une question problématique (Damart, 2006 : 3). Je suis née le 30 janvier 1982 à Kinshasa. Le récit de vie raconte l'histoire de la vie d'une personne. Le récit, quant à lui, n’est pas un monologue : il se construit au travers d’un entretien et de questions de relance. La réalisation de représentations graphiques de la trajectoire offre une solution intéressante car elle permet de livrer au regard des phases de bifurcations dans le parcours qui n’avaient pas été explicitées comme telles au cours du récit. Ce sont les informations sur exemple de récit de vie autobiographie que l'administrateur peut collecter. Bidart Claire (2008), « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation : évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte », Revue française de sociologie, 49/3, juillet-septembre 2008, pp. Pour ces derniers, l’enjeu est de personnaliser l’accompagnement, de s’assurer d’abord que le projet correspond bien aux attentes et capacités du porteur de projet et qu’il lui garantisse une autonomie ensuite. Cette méthode reconnaît aux acteurs des capacités et des compétences, c’est même l’un de ses fondements. Chaque élément du récit est surligné et annoté différemment suivant le niveau auquel il renvoie. 29-57. En comprenant mieux la personne qui est en face de lui, l’accompagnateur est quant à lui plus à l’aise pour adapter son accompagnement : « l’outil est super intéressant, il permet de bien comprendre la personne, de ne pas faire des propositions stupides  », « le récit c’est révélateur  ». Il repense aux vacances qu’il passait enfant chez son oncle agriculteur. $�T2�}�{�c�3E��� �+13Ld�n˄w�����ᜐ�,���j�)vP� n�Қ��t�N����~+��pUhd1/�� } Ces motivations positives et négatives convergent vers ce projet de créer un atelier de poules pondeuses. Le récit de vie raconte la vie d'une personne célèbre ou inconnue. C’est aussi dans ce travail comparatif que se trouve la possibilité d’une généralisation. Car cette technique est également couramment mobilisée dans les pratiques professionnelles qui se réclament de l’accompagnement ou de la formation. Un récit (ou intrigue) est une forme littéraire consistant en la mise dans un ordre arbitraire et spécifique des faits dune histoire. La méthode s’inscrit clairement dans l’interactionnisme symbolique : elle repose sur une approche compréhensive des phénomènes et considère l’acteur social enquêté comme « un véritable observatoire du social, à partir duquel se font et se défont les interactions et actions de tous  » (Le Breton, 2004 : 20). Les éléments de méthode retenus et leurs origines théoriques, les modalités de co-conception sont ancrées dans une démarche constructiviste, prenant en charge la singularité et la complexité des situations (Beauvais, 2004) : cet outil permet ainsi une utilisation située (personnalité et compétences de l’accompagnateur, lieu d’utilisation) tout en reconnaissant la singularité et l’autonomie de l’individu qui porte un projet.